FR UK ES

Nahuel PASSERAT - Ultra Trail

Victoire en 75h sur la 2ème édition de l'EUFORIA Andorra Ultra Trail 230 km / 20 000 mD+ en 2018 avec Nerea Martinez et organisateur de la Pica Pica en Ariège !

Nahuel PASSERAT est un sportif depuis toujours! "Mes 20 premières années furent consacrées à ma passion première : le football. Après plusieurs années au plus haut niveau régional, j’ai rejoué au niveau national avec le club de Toulouse Fontaines. En juillet 2012, je cours avec mon père au Pech de Dalou et me passionne aussitôt pour ce sport. En effet, même en étant gardien de foot j’ai toujours aimé courir. Toutes ces années de sport de haut niveau m’ont appris le gout de l’effort et le dépassement de soi".

Depuis 2014 je me consacre uniquement au trail. Plus que l’amour de courir ce sont surtout les grands espaces, la montagne et ses paysages qui me fascinent. Ma progression est assez rapide tant au niveau des kilomètres parcourus qu’à celui de mes performances de course. J’ai alors découvert que la compétition ne se fait pas contre les autres coureurs mais pour soi-même, avec comme but de repousser sans cesse ses limites. A chaque course mon objectif principal est de terminer en prenant le plus de plaisir possible.

A mon avis, la difficulté de l’ultra trail induit un vrai esprit de solidarité entre coureurs. Ces valeurs que je ne trouvais plus dans le football sont omniprésentes dans cette passion.

MELTONIC est heureux d’accompagner Nahuel pour sa saison trail 2019 et contribuer à lui faire atteindre ses objectifs sportifs !

Suivez Nahuel sur : Facebook, Team Trail Craft, Instagram.

INTERVIEW :

1) Petite présentation perso, depuis combien de temps pratiques tu ce sport?

Bonjour, je m’appelle Nahuel PASSERAT, j’ai 31 ans et je réside à Saint Jean du Falga en Ariège (09) avec ma femme Pauline. Je viens du monde du football où j’évoluai au poste de gardien de but. Après avoir passé 6 saisons lors de ma formation au sein de clubs professionnels (Chateauroux puis Istres) je n’ai pas réussi à franchir le dernier palier menant au professionnalisme. Donc à 19 ans je suis revenu auprès de ma famille en Ariège où j’ai continué à jouer en amateur (CFA 2/DH/DHR) jusqu’en mars 2011 où, lors d’un match de CFA 2 à Langon avec mon club de Toulouse Fontaines Club je me suis fait une luxation acromio claviculaire stade 4. Je me suis donc consacré au coaching (cela faisait 2 ans qu’en parallèle j’étais éducateur auprès des jeunes). Je me suis donc totalement investit dans le coaching des jeunes au niveau régional et national (U14/U15 élite, U17 nationaux & U19 HL). Je ne pratiquais plus d’activité sportive digne de ce nom jusqu’à début juillet 2012 où mon père m’a initié aux joies du trail. Au bout de 3 semaines de pratique j’ai participé à ma première course en Ariège (la dent d’orlu 14kms/1600m avec presque 100 kilos sur la balance). Malgré le résultat qui aurait pu décourager beaucoup de personnes (j’ai fini dans les 10 derniers) le virus ma contaminé. J’ai très vite été attiré par les épreuves longues, après 10 mois de pratique je finissais mon premier trail long (Trail des citadelles 2013) et mon premier ultra après moins de deux années de pratique (Euskal 2014). J’ai connu une progression constante au fur et à mesure des années à un point que je ne pensais jamais atteindre. Mon format de prédilection est l’ultra typé montagne. Pour la saison 2016 j’ai eu le chance d’intégrer la team Craft/Salming et l’équipe des ambassadeurs Meltonic.

2) Parle-nous de ta passion pour ce sport, qu’est ce qui te fait vibrer, que recherches-tu ?

Ma passion pour le trail est liée à la découverte d’un univers qui désormais me passionne et dont je ne pourrais pas me passer : la Montagne. En effet, pendant 25 ans mon image de la montagne était limitée au ski alpin. Je suis né dans les Yvelines puis j’ai passé ma jeunesse dans la région Centre pour ensuite habiter dans les Bouches du Rhône. Rien ne me prédisposait à devenir un passionné de montagne. De plus ce que j’aime dans ce sport ce sont les valeurs qui sont véhiculées : en effet je dis souvent que je pratiquais le sport collectif le plus individualiste et désormais je pratique le sport individuel le plus collectif qui soit. En effet les valeurs de solidarité, d’entraide de respect qui sont véhiculées dans l’ultra trail (et qui malheureusement se perdent ailleurs) me tiennent à cœur. En outre mon passé de sportif fait que je suis un compétiteur depuis le jeune âge, mais je ne le suis qu’avec moi-même. Je me prépare du mieux que je peux pour atteindre les défis que je me lance. Quand je prends un dossard mon seul et unique but est de rallier l’arrivée. Le classement n’est pas mon obsession : mon approche de la compétition est différente de pas mal de coureurs qui ne pensent qu’à se fighter les uns aux autres. Pour moi les autres concurrents sont plus des coéquipiers d’aventure plutôt que des adversaires. Ce qui permet de découvrir, de partager énormément de choses et de lier de belles amitiés.

3) Et la nutrition sportive au quotidien, quelle importance y apportes tu ? Suis tu une ligne de conduite particulière ? As-tu des astuces à transmettre ?

Elle est essentielle surtout avec le nombre de kilomètres que je fais tous les mois (en moyenne 500km pour 30000m D+). Donc pour limiter le risque de blessure et pouvoir tenir une telle charge kilométrique il faut vraiment être attentif à son alimentation au quotidien. Malgré mon passé de sportif et d’avoir côtoyé le haut niveau j’ai découvert les bienfaits de la nutrition grâce au trail. J’essaie au maximum de manger des aliments à indice glycémique bas, des aliments alcalisant (énormément de fruits et légumes, des céréales et des légumineux). Au quotidien je suis l’adage : « petit déjeuner de roi, repas de prince et diner de pauvre », j’essaie de marier les céréales avec les légumineux et je bois plus de 3L d’eau gazeuse par jour. Je suis un grand consommateur de graines de chia et de spiruline. Avant les courses pendant les dernières semaines je suis une diète plus stricte avec notamment l’arrêt totale du régime ariégeois (alcool, fromage, graisse de canard et charcuterie). Je suis d’autant plus attentif dans ce domaine que je n’ai jamais été mince. En effet avant de commencer le trail je flirtais avec les 100 kilos, et désormais lorsque que je suis affuté je pèse aux alentours de 72 kilos, poids que je faisais à 12 ans !! Et surtout je suis un énorme épicurien, mes autres passions au quotidien sont centrées autour de la gastronomie (la cuisine, la pâtisserie) mais surtout l’œnologie, les whiskies (surtout les single malts écossais brut de futs) ainsi que la bierologie. Après les courses avec mes amis et ma famille les repas sont de vrais festins. Depuis tout jeune je suis un grand consommateur de miel et pour l’anecdote Pauline fait une tarte miel amandes addictive.

4) Comment utilises tu les produits MELTONIC et quel est ton retour d’expériences après deux années d’utilisation?

J’ai découvert les produits énergétiques Meltonic début 2014. En effet je suis un grand amateur de miel et j’ai découvert la marque Meltonic par hasard sur internet. J’avais donc à l’époque lancé un post sur kikourou pour avoir des retours sur les produits. Donc on peut dire que je suis un fan de la première heure. Grace à Rudy Bonnet j’ai eu la chance de rencontrer Vincent Garros à la Skyrhune qui m’a confié des échantillons à tester. Apres un test en condition de course à la Rialp Matxicots et au GRR j’ai été totalement satisfait de la qualité et du goût des produits Meltonic. En course je mange beaucoup mais par petites bouchées donc les barres énergétiques sont parfaites et les alliances de goût sont bien pensées. Les fioles eco sont bien pratiques. Le format de gel est bien pensé et le gout de miel m’a fait revenir à ce type de produits que j’avais délaissé car je n’aimais pas le goût des autres gels. J’utilise également les boissons énergétiques en alternant les deux parfums, le gâteau sport sous forme de muffins pour les ravitaillements sur les ultras et le pain d’épices (j’adore ça). La gamme de produits est vraiment très large et qualitative. De plus les valeurs des ambassadeurs de la marque correspondent pleinement à mon état d’esprit et je suis impatient de faire connaissance avec les autres ambassadeurs (je ne connais actuellement que Rudy et j’ai eu la chance de parler avec Jean Hugo au stade de la redoute après la diagonale) ainsi qu’avec la famille Mary.

5) Quels sont tes objectifs 2019 ?

  • Madère island Ultra Trail 115 km 7000 mD+ en Avril
  • Ultra de l'EUSKAL TRAIL 130 km 8000 mD+ en binome avec Nerea Martinez
  • En juin Traversera picos de Europa (72 km 6000 mD+)
  • En Juillet Mitic de l'andorra ultra trail (112 km 9700 mD+)
  • En Aout PTL (300k m 26000 mD+) en trio avec Julian Morcillo et Imanol Aleson (les deux autres vainqueurs de l'euforia)

RESULTATS :

2018 :

  • 1er Euforia de l’Andorra Ultra Trail (233 km 20 000 mD+)

2017 :

  • 1er Ultra de l’ Euskal Trail (130 kms 8 000 mD+)
  • 1er Euforia de l’Andorra Ultra Trail (233 kms 20 000 mD+)
  • 5 ème de l’Echappée Belle 2015 1er trail des citadelles 72km 3600m D+

2016 :

  • 1er Euskal Trail 130 km 8000m D+
  • 3eme Ronda dels cims 170km 13000m D+
  • 2eme GRP 160km 10000m D+
  • 1er Rialp Matxicots 80km 6000m D+
  • 14ème Diagonale des fous 165 km 10000m D+ 2014

Je donne mon avis

Pour donner votre avis, veuillez choisir une note entre 0 et 5 en cliquant sur les étoiles.

* Les champs marqués d'un astérisque sont obligatoires.
Nos suggestions
Conseils associés