INTERVIEW : Erik Clavery bat le record du GR10

Erik clavery pose devant la montagne en habit de trailer

Après 9 jours 9 heures et 12 minutes d'effort, Erik Clavery a fait tomber le record du GR10 (Traversée des Pyrénées) avec 3 jours d'avance. Le nouveau recordman du GR10 se confie dans cette interview exclusive pour Meltonic.

 

1. Peux-tu nous raconter comment s’est passé ton aventure ?


Mon aventure s'est formidablement bien déroulée. Tout n'a pas été facile, ni sans problème, loin s'en faut, mais j'étais tellement heureux de vivre ce que j'avais préparé depuis de longs mois que ma traversée n'a été que bonheur et j'ai tourné tous les aspects négatifs en positif. Ce qui a rendu l'effort beaucoup plus facile.


J'ai vécu des moments exceptionnels au travers d'une aventure sportive de folie, mais également humaine, avec des rencontres magnifiques, entouré de bienveillance, j'ai retrouvé des amis de longue date, Nahu Passerat du Team Meltonic, mais aussi Niko Darmaillacq, Patrick Bringer et bien d'autres, tout au long du GR10.
Ça a été également un régal pour les yeux que de traverser tous ces paysages aussi beaux les uns que les autres.

2. As-tu une anecdote à nous partager ?


Il y a beaucoup d'anecdotes lorsqu'on vit 9 jours et demi aussi intenses mais j'en citerais deux peut-être que j'ai envie de retenir et qui m'ont beaucoup touché.


Lorsqu'au milieu de l'Ariège, une petite fille nous apporte une assiette remplie de pastèque bien fraîche alors qu'il faisait une chaleur très lourde et suffocante et que nous ne demandions que de l'eau.


Et avec Nahu justement, quand celui-ci est allé me chercher un coca à un gîte qu'il m'a rapporté en me demandant si je voulais une omelette que m'invitait à me faire le gérant du magnifique refuge du Ruhle.
Cette bienveillance gratuite m'a fait énormément de bien tout au long de la traversée et il y a eu de nombreux autres moments où j'ai bénéficié cette gentillesse offerte.

3. Qu’est-ce qui a été le plus difficile pendant cette tentative de record du GR10 ?


Le plus difficile a été sans aucun doute mes réveils. Se réveiller après 4h de sommeil alors qu'on se dépense entre 17 et 19 heures par jour est un vrai calvaire, surtout lorsqu'on est un gros dormeur ! Ma femme avait beau me réveiller avec toute la douceur du monde, ils n'en étaient pas moins difficiles.


Ensuite vient la partie finale, les 40 derniers kilomètres depuis Ainhoa jusqu'à Hendaye ont été vraiment difficiles. L'approche de l'arrivée a dû me toucher mentalement. La fatigue de cette dernière très longue étape de 110km (la seconde plus longue de toute ma traversée) dans un terrain qu'on m'avait vendu "moins technique et plus facile" mais qui s'est avérée interminable, en plus de ma blessure du 7ème jour à la hanche (lors d'une chute), l'ensemble a fait de cette partie une très grosse difficulté. Même s'il y en a eu d'autres pendant l'aventure bien sûr !

4. Il a fait chaud, comment as-tu adapté ta nutrition à la chaleur ?


Il a fait très chaud lors de cette dizaine de jours. C'est une chance dans un sens, car je n'ai eu que 2h de pluie, mais il faut s'adapter à cette chaleur pesante et sapante.


Au niveau nutrition, bien entendu je me suis beaucoup réhydraté, notamment en eau et avec les boissons énergétiques antioxydantes Meltonic, mais surtout avec les Tonic Gel Meltonic "Salé" et "coup de frais" que j'apprécie tout particulièrement, notamment dans ces conditions de chaleur.
Sinon, entre mes "vrais" repas que je prenais en vallée, je complétais avec les Tonic' Barres, principalement aux Baies de Goji et Pistaches et Sel.
Cela me permettait également de réabsorber du sel via ces produits énergétiques.

5. Un conseil pour quelqu'un qui souhaite se lancer sur le GR10 ?


Le conseil que je donnerais s'axe en quelques mots.
DÉTERMINATION : Rester déterminé dans son objectif, quel qu'il soit et ne jamais s'en détourner. "L'abandon n'est pas une solution" !
BONHEUR : Quoi que nous fassions, et encore plus un effort aussi dur qu'une traversée des Pyrénées, il faut toujours rester dans le plaisir, dans le bonheur, et s'éclater dans ce qu'on fait, et l'effort paraîtra bien plus simple.
PRÉPARATION : Peaufiner sa préparation dans le moindre détail. Et je ne parle pas forcément que de la préparation physique, mais aussi et surtout de la préparation mentale et logistique/organisationnelle. C'est un point fondamental de la réussite.
CONVICTION : Rester convaincu, ne pas se laisser distraire par ceux qui nous disent que c'est impossible, aller de l'avant en direction de ses rêves et ne jamais rien lâcher, être confiant en ses capacités.
ADAPTABILITÉ : Savoir s'adapter à tous les imprévus, à toutes les conditions, car sur une aventure de longue durée comme le GR10, on ne passe pas au travers d'imprévus qu'il faut savoir gérer au plus vite.

6. Quels sont tes prochains objectifs ?


Mon prochain objectif et le championnat du Monde de 24h en mai 2021 en Roumanie, où je souhaite repousser ma marque de 272,217km. J'ai un rêve qui est encore plus ambitieux !


Sinon, un autre objectif, et non des moindres, est l'organisation d'Empeiria Trail, un trail par étape d'une semaine que j'organise et qui aura lieu fin septembre 2021 entre Courchevel et la Méditerranée. Une grosse épreuve, une expérience unique que je souhaite faire vivre aux coureurs en leur proposant une semaine de trail engagée (340km) à travers les Alpes du Sud.

Et plus tard, d'autres défis, d'autres rêves dans la lignée du GR10 que je viens de terminer ! Il y a tant à faire !

 

Erik clavery montre du doigt une mosaique du GR10

 

 

Je donne mon avis

Pour donner votre avis, veuillez choisir une note entre 0 et 5 en cliquant sur les étoiles.

* Les champs marqués d'un astérisque sont obligatoires.
Nos suggestions
Conseils associés